« La pression s’accentue » alors que Russie fait face à une condamnation mondiale sur les crimes de guerres commis en Ukraine

Trois semaines après le début de l’assaut de la Russie sur l’Ukraine, qui a conduit à une nouvelle condamnation de l’UE pour « crimes de guerre », France 24 est rejoint par William JULIÉ, avocat franco-britannique spécialisé dans les droits de l’homme et le droit pénal international.

« La pression monte » sur la Russie explique Me JULIÉ : outre l’enquête de la CPI sur les crimes de guerre, « une décision vient aussi d’être rendue par la CIJ ordonnant à la Russie de suspendre l’invasion ».

Mark Owen de France 24 fait immédiatement un parallèle avec la résolution de l’Assemblée Générale des Nations Unies, adoptée à une écrasante majorité il y a deux semaines, condamnant l’invasion, puis demande à Me JULIÉ s’il voit les « caractéristiques de violations des droits de l’homme et de crimes de guerre ». Me JULIÉ répond par l’affirmative : « Le procureur était en Ukraine la semaine dernière et les enquêteurs travaillent sur les lieux ». Il ajoute être certain que « de nombreuses déclarations de témoins, de nombreuses preuves techniques ont déjà été recueilli, et qu’il est très clair que des crimes de guerre ont été commis ».